Thunderstone ouvre un corner phygital chez Decathlon

Par David Charpentier 

20 mai 2021

Une jeune start’up teste dans le magasin de Décathlon de Limoges un rayon pour y exposer de jeunes marques. Le client peu ensuite commander et être livré chez lui.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MX4TSSZPPBFFVKUKZDLUN6HQAA.jpg.

Le phygital, vous connaissez ? Contraction de physique et digital, le néologisme désigne une nouvelle tendance dans la consommation sur laquelle compte bien surfer la start-up Thunderstone créée en 2019 et qui emploie pour le moment 11 salariés. Cette dernière a inauguré il y a quelques semaines un rayon d’une quinzaine de mètres carrés — les spécialistes du commerce parleront plutôt de corner — au beau milieu du vaste magasin Decathlon de Limoges (Vienne).

Clairement identifié avec des couleurs jaunes flashy ce dernier n’abrite pas les produits du numéro un français de la vente d’articles de sport mais ceux de marques beaucoup plus modestes, principalement dans les domaines du running (Circle), du yoga (Luz) et du cyclisme (Matchy), toutes françaises et écoresponsables. Celles-ci saisissent là l’occasion de s’exposer et de se distribuer dans un magasin de 5000 m² fréquenté par des milliers de personnes.

«Des échantillons à différentes tailles qui servent à l’essayage»

Toutefois l’expérience phygitale ne fait alors que commencer. « Nous ne proposons pas trente pièces d’un même vêtement mais seulement des échantillons à différentes tailles qui servent à l’essayage, récapitule Arthur de Soultrait, fondateur de Thunderstone. Si le client est satisfait il se dirige ensuite vers une borne pour passer commande. » La machine ressemble à celles qu’on peut trouver dans une célèbre chaîne de restauration rapide. Elle est aussi simple d’utilisation. Équipée d’un terminal de paiement par carte et connectée au stock de la marque, elle permet de sécuriser la transaction et de passer commande du produit à la bonne taille. L’article commandé est ensuite livré de l’entrepôt au domicile du client sous quatre jours.

Pour Decathlon, cette expérience « phygitale » permet d’élargir sa gamme, d’accélérer la transformation de ses magasins, tout en se soustrayant à la contrainte des stocks. « Notre offre permet de concilier l’expérience physique du magasin et la profondeur de gamme du digital », résume Arthur de Soultrait. Le taux de retour environ 3 % selon le fondateur contre près de 50 % parfois chez certaines enseignes de commerce électronique montre que la solution est en passe d’être adoptée. Pour que l’expérience soit couronnée de succès elle a nécessité un travail pédagogique auprès des équipes de Décathlon car « cela reste une vente physique » souligne de Soultrait. L’enseigne de sport a par ailleurs choisi les jeunes marques qu’elle souhaitait voir exposer dans le corner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *