Thunderstone : le meilleur du Physique et du Digital combinés dans un concept store multimarques

Avec Thunderstone et son concept de boutique futuriste, Arthur de Soultrait frappe un grand coup dans l’univers du retail. Multimarques, zéro stock, digitalisation : zoom sur une façon de vendre et d’acheter « digital native », qui bouscule les circuits traditionnels.

Les projets de digitalisation et de commerce unifié ont plus que jamais le vent en poupe. Cette crise sanitaire sans précédent et la longue période de confinement que nous avons tous connue ont bouleversé certaines habitudes de consommation et ont par ailleurs fortement accéléré certaines tendances entamées pré-Covid. Boom du e-commerce, distanciation sociale, hyper-digitalisation des canaux de vente, paiement sans contact : autant de sujets qui sont repassés en haut de la liste des priorités chez les retailers.

Dans ce contexte particulier, Thunderstone nous laisse rêveur et nous permet d’entrevoir un certain futur de l’expérience client. Créée en 2019 par Arthur de Soultrait, Thunderstone bouscule les codes classiques du retail en injectant le meilleur du digital dans l’expérience physique. Une stratégie qui ouvre les portes de l’infini des possibles ! Directement connectée aux stocks en ligne de marques « digitale natives », la boutique déploie tous les must-have du digital. Dans ce show-room avant-gardiste, les clients peuvent consulter les produits non-disponibles sur des tablettes ou des bornes pour directement se les faire livrer à la maison. Terminé les problèmes de taille, de coloris, de rupture de stock.

Arthur de Soultrait, CEO et Fondateur de Thunderstone, nous en dit plus sur ce concept innovant qui prend tout son sens dans cette nouvelle réalité.

La crise a pris beaucoup de monde de court. Mais elle a aussi fait sauter le pas à bon nombre d’entreprises qui considèrent maintenant que le retail doit évoluer s’il veut pouvoir répondre aux besoins des consommateurs.

Arthur de Soultrait Fondateur – CEO Thunderstone

Interview d’Arthur de Soultrait

Bonjour Arthur, tout d’abord peux-tu nous raconter la genèse de ce projet, les raisons qui t’ont amené à créer Thunderstone ?

Thunderstone est un concept issu de mon désir de continuer d’innover et d’entreprendre suite à mon aventure avec la marque Vicomte Arthur. J’ai toujours été passionné par l’univers de la « tech » et je voulais mettre à profit mes 12 ans d’expérience dans le monde du retail et de la mode en créant quelque chose qui servirait de pont entre le monde du retail et celui du digital. Avec Vicomte Arthur nous étions distribués dans 650 points de vente à travers 32 pays, cela m’a permis de voir les challenges et les possibilités qu’offre la technologie pour simplifier les problèmes de stock et d’accessibilité que peuvent rencontrer les marques.

Chez Adyen, nous appelons ce concept le « endless aisle », ou rayon virtuel. Certains de nos clients utilisent celui-ci mais bon nombre d’entre eux n’ont pas encore tenté l’expérience. Quels-sont selon toi les freins pour certains retailers ?

Les retailers ne sont pas fermés à l’expérience « phygital » ou le concept de rayon infini. Je dirais que le frein vient surtout de la réconciliation bancaire que cela engendre. En effet, il peut être difficile d’implémenter ce genre de solution et de faire en sorte que les flux de transactions e-commerce issus des bornes soient équitablement répartis entre les boutiques et les marques. C’est avec cette problématique en tête que nous avons conçu Thunderstone. Nous avons passé 2 ans à travailler sur l’intégration de notre solution sur les différents systèmes tels que Magento, Shopify et Prestashop. Aujourd’hui cela se fait en quelques minutes, avec des tutoriels d’intégration très simples à destination des e-commerce manager ou des agences Web avec lesquelles les marques travaillent.

Alors justement, comment simplifie-t-on la réconciliation bancaire ?

Cela passe par le choix d’un bon partenaire, capable des gérer les transactions aussi bien offlines qu’online. C’est pour cette raison que nous nous sommes tournés vers Adyen au début de notre aventure. Nous avions besoin d’un partenaire qui maîtrise la notion d’omnicanal afin de rendre le process aussi simple que possible pour nos clients. Avec Adyen, la répartition est équitable et se fait en temps réel, ce qui j’imagine simplifie grandement la vie de nombreux CFO.

Nous échangeons beaucoup avec nos clients afin de savoir comment ils ont vécu la crise COVID-19. Celle-ci vous a-t-elle impacté ?

La crise a pris beaucoup de monde de court. Mais elle a aussi fait sauter le pas à bon nombre d’entreprises qui considèrent maintenant que le retail doit évoluer s’il veut pouvoir répondre aux besoins des consommateurs. Nous recevons beaucoup de demandes des marques qui souhaitent mettre en place notre solution afin de pouvoir garantir une expérience sécurisée à leurs consommateurs et donner de nouvelles armes à leurs équipes pour continuer de satisfaire les clients.

Nous avons parlé de comment Thunderstone bénéficie au monde du retail, mais la marque aide aussi le monde du digital ?

Évidemment. Nous faisons le pont entre ces deux mondes, il faut donc que l’innovation profite aux deux. Notre solution permet aux marques de type « DNVB » d’amener leurs produits directement aux consommateurs. Il peut être difficile lorsque l’on fait du e-commerce de basculer dans le monde du retail. Il faut trouver le bon endroit pour ouvrir son pop-up store, négocier sa place dans les rayons… Autant d’éléments qui ne sont pas évidents lorsque le retail n’est pas votre métier. Chez Thunderstone, nous avons plus de 50 marques digitales que nous amenons aujourd’hui dans le retail grâce à nos bornes. Nous ouvrons également nos propres showrooms à Paris, Nice et Lyon pour mettre en avant nos marques partenaires et une expérience shopping totalement nouvelle.

Pour conclure, as-tu des conseils pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat ?

Les clefs de la réussite sont un projet clair, beaucoup de travail et être très bien entouré. Il faut impérativement savoir s’entourer de professionnels qui sauront vous accompagner à chaque étape de votre développement et vous conseiller sur la marche à suivre. Trouvez des partenaires qui ont les mêmes valeurs que vous. Je prends l’exemple de la relation que nous avons avec Adyen : cela fait plus de 15 ans que vous changez le monde du paiement, et pourtant vous continuez de travailler avec des start-ups ou PME qui ont l’ambition de changer leur industrie contrairement à beaucoup d’acteurs de votre secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *